jeudi 21 août 2008

Georgie : Une fessée bien méritée

Les choses se devaient d'être simples à décrypter et exposer. L'agresseur est connu, ses intentions affichées, on a du mal à comprendre ce qui a pu se passer au sein des rédactions des principaux médias occidentaux pour que l'on passe sous silence la suprême connerie qu'a été pour le président Mikhaïl Saakachvili de lancer ses troupes à l'assaut des autonomistes d’Ossétie du Sud.

Le franc-tireur étant identifié, son geste stupide, incompréhensible et maladroit se devait d'être sanctionné. Le grand frère Russe l'a fait avec méthode et une bonne dose de retenue.

Faut être à la limite de la déraison pour initier une telle audace au nez et à la barbe d’un si imposant voisin (Russie) qui donne l’impression de mourir d'envie d’avoir à faire étalage de sa puissance retrouvée. Le fantasque Saakachvili s'en sort plutôt bien. D'autres auraient poussé beaucoup plus loin la correction en exigeant au minimum qu’il « libère » la présidence de la république.

Cette séquence Georgienne aura néanmoins permis de comprendre de quoi la propagande est capable et de nous persuader de ce que ceux qui façonnent l’opinion sont convaincus que le monde est bourré d’un immense bataillon d’incultes, et qu’il ne faille pas s’encombrer de précautions de formes et de style pour faire dans la manipulation de la vérité des faits.

6 commentaires:

  1. Bien dit,
    et ce jour même j'ai vu titrer dans l'Express "pourquoi la Russie nous menace"
    Les médias occidentaux sont ils aussi stupides ou est ce le lectorat qui est définitivement lobotomisé?

    RépondreSupprimer
  2. Quand même... La Russie nous a montré jusqu'où elle pouvait aller dans son impérialisme... Juridiquement, le président georgien n'a fait que tenter de récupérer une partie de son pays !
    Maintenant, les leçons des Américains, embourbés en Irak, sont risibles...

    RépondreSupprimer
  3. @ Théo,
    Effectivement juridiquement (et militairement) le Président géorgien a voulu mener aussi son "opération dignité" et c'est tout à son honneur. Mais pourquoi dans le cas Serbe, les occidentaux ont cautionné l'indépendance du Kosovo?

    Réaction disproportionnée de la Russie, ne pas le reconnaître c'est faire preuve de mauvaise foi mais ça fait plus de 50 ans qu'un micro-état a des réactions disproportionnées au Moyen Orient sans que cela n'émeut nos amis occidentaux.

    Dans ce cas là je crois que l'expression de rigueur est : "le ridicule ne tue pas "
    ou bien?

    RépondreSupprimer
  4. @théophile

    Contrairement au Kosovo qui a de tout temps toujours fait partie intégrante de la Serbie, l'Ossétie du sud et l'Abkhazie ont été offertes (rattachées) à la Georgie par la Russie pour en faire un des Etats de l'ex URSS.

    Elles sont fondées à souhaiter ne pas à être inféodées à la Georgie avec qui elles n'ont en commun que leur appartenance à l'ex URSS.

    90% de la population ossète est russe. Ce qui aurait suffit à rendre la donne des plus compliquée pour tout président Géorgien.

    Ajoutons-y le fait que la force d'interposition Russe ait été prise à partie (plus de 10 morts)lors de l'invasion de l'Ossétie par les forces Georgiennes donne tous les droits à la Russie à faire usage de tous les moyens pour ramener à la "raison" l'excentrique président Géorgien.

    La leçon semble retenue.

    RépondreSupprimer
  5. Raison ou pas, disproportionné ou pas, légitime ou pas... La Russie avait besoin de réaffirmer qui est qui dans le coin. Ce qui lui a permis de booster sa Fierté perdue depuis Gorbatchev.
    Usa, France et autres n'y pouvaient rien, car l'Ours reste redoutable et n'attend que de telles occasions pour laver les multiples affronts.
    Sarkozy, et son ministron des affaires étrangères l'ont vite compris... "Après tout, c'est la Russie, et Poutine est dans les parages"

    RépondreSupprimer